Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

Diaphora :: Blog Note

[Variations :: Philosophiques]

Non classé «  

De Hegel à Sarkozy, l'identité en question

Précédent / Suivant / Index

Lorsque Nicolas Sarkozy dit: “La diversité c’est positif, mais permettez-moi de vous faire réfléchir que la diversité n’existe pas s’il y a pas l’identité.” ??il ignore que Hegel lui avait déjà répondu plus de deux siècles auparavant :

" … c’est l’identité vide à quoi demeurent fermement attachés ceux qui ont coutume de la prendre comme telle comme quelque chose de vrai et d’avancer toujours que l’identité n’est pas la diversité, mais que l’identité et la diversité sont diverses. Ils ne voient pas qu’en cela déjà ils disent eux-mêmes que l’identité est quelque chose de divers, car ils disent que l’identité est diverse par rapport à la diversité. "

(Phénoménologie de l’esprit, 1807)

Hegel.jpgEn deux phrases, Hegel montre l'exemple de ce qu'est la philosophie en son essence, à savoir un apprentissage de la pensée, mais pas selon n'importe quel protocole, un mode combatif noté par Wittgenstein dans son tractatus:

" la philosophie est une lutte contre la manière dont le langage ensorcelle notre intelligence. "

Chaque énoncé dit toujours plus ET moins que ce que le sujet "voulait dire":

  • plus dans la mesure où les assonances, les associations, les connotations liées à chaque énoncé le déportent dans un champ de signifiance non "voulu" a priori par le sujet
  • et moins car l'énoncé, confiné dans sa forme, limite l'étendue d'un champ de signification plus vaste qu'il ne saurait contenir.

Chaque énoncé dit donc simultanément autre chose que ce que le sujet voulait dire, ce en quoi René Char remarque:

" les mots savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. "

Ce "savoir" sédimenté dans les mots eux-mêmes, et que l'on peut appeler "inconscient", est un savoir qui ne se sait pas lui-même, reposant dans l'attente d'un sujet qui l'énonce. D'où la dette de la psychanalyse à l'idéalisme allemand — et à la dialectique de Hegel en particulier ! — Hegel notant le premier que par son énonciation même, le sujet dit toujours autre chose que ce qu'il voulait dire.

Sur l'exemple ci-dessus, le sujet Sarkozy "veut dire" que l'identité est radicalement autre que la diversité, qu'elle prime sur la diversité qui ne saurait exister sans elle, et ce faisant, par son énonciation même, il dit le contraire exact de ce qu'il "veut dire", il détermine l'identité comme radicalement "diverse" de la diversité, moyennant quoi la diversité se trouve inscrite dans le noyau même, dans l'identité même de l'identité.

L'écart entre ce que le sujet "veut dire" (ce qu'il "pense") et ce qu'il "dit effectivement" (la forme de son énoncé) correspond précisément à la différence marquée par Lacan entre signification et signifiance…

* Ce billet est une reprise d'une note (de Christian Dubuis Santini) que j'ai appréciée depuis son propre blog.

Précédent / Suivant / Index